Villani compare Mélenchon à un chien, aucun problème. Mélenchon appelle Villani un matheux, scandale médiatique.

Les plus sourds d'entre vous auront entendu parler de la "polémique" entre Jean-Luc Mélenchon et Cédric Villani, le chercheur en Mathématiques, récipiendaire d'une médaille Fields et politiquement très libéral - il est un habitué des rencontres économiques d'Aix-En-Provence organisées par le très à droite Cercle des économistes. Pour être précis, disons que plutôt qu'une polémique, il s'agit d'une nouvelle cabale médiatique contre Mélenchon qui, horreur, a osé s'"en prendre" - selon les termes du Figaro, de Paris Match et Télé Loisirs qui réduisent la politique à une affaire de conflits personnels - à l'illustrissime Villani.

Voici le contenu de sa violente charge, quelques secondes parmi 15 minutes de propos, qui lui valut les foudres du Parti Médiatique :

« Moi je pense que les plus grosses surprises vont pas venir de la minorité. ELles vont venir de la chose majoritaire. Parce qu'il y en a quand même qui sont au courant de rien, donch quand on va leur expliquer. Non mais y a des braves gens là-dedans, y a beaucoup de DRH qui ont souvent une conscience sociale assez faible - pas toujours hein - mais y a des chercheurs, des intellectuels - j'ai vu le matheux là, je vais lui expliquer ce que c'est qu'un contrat de travail il va tomber par terre, parce qu'il le sait pas, il le sait pas tout simplement, il sait pas ce qu'il y a dedans, il sait pas que la journée de 8 heures c'est 100 ans de luttes, le gars il croit que ça a toujours été comme ça. »

Pour résumer, Mélenchon estime que la sociologie des députés En Marche est susceptible de les amener à une approche peu sociale du code du travail et que c'est en particulier le cas du libéral Villani, en lui réfutant au passage le recours à une hypothétique forme d'autoritarisme scientifique. Mais, les articles ont plu dans la presse - et en particulier dans la presse en ligne - pour voler au secours de Villani, "attaqué" par Mélenchon (selon L'Opinion, le JDD et VSD).

Alors, quel est le problème ? Le mot "Matheux" ? Cédric Villani se désigne lui même comme tel sur son blog. Mais surtout, la presse, elle, use et abuse de ce qualificatif populaire pour faire référence à lui, sans que personne n'y ait vu le moindre problème jusqu'à présent :

"Cédric Villani, matheux pédagogue" (*La Nouvelle République*)

"Essonne : le dandy matheux, Cédric Villani, entre à l'Assemblée" (*France 3*)

"Cédric Villani Matheux, gothique et fou d'araignées" (*Le Parisien*)

etc. Donc, ce n'est pas le problème. À moins que le sectaire Parti Médiatique se soit auto-décerné l'exclusivité du droit de qualifier Villani de matheux ? Pour certains, l'insulte résiderait dans le paternalisme de Jean-Luc Mélenchon. Mais alors que dire de Villani qui use et abuse du concept de "bienveillance" - version Orwélienne du "dormez braves gens" ?

Par le plus grand hasard, heureusement, le lendemain, Cédric Villani est l'invité du 7/9 sur France Inter, et peut donc se défendre de la douloureuse pique. Reçu par Léa Salamé, celle-ci lui demande quelle fut sa réaction aux propos de Jean-Luc Mélenchon. Voici sa réponse :

Cédric Villani : "Quand je l'ai entendu je me suis, 'ouah, quand même, il abuse'" Léa Salami, morte de rire : "Ah bon, vous vous êtes dit ça ?" Cédric Villani : "Quand j'ai entendu Jean-Luc Mélenchon aboyer, je me suis dit il abuse"

Là, l'insulte est claire : Mélenchon aboie, c'est donc un chien, un vulgaire animal. Mais, à notre connaissance, la presse ne s'en est pas émue. Même France Inter, qui a cité le passage dans un tweet, n'a pas fait mention du mot "aboyer". Peut être parce que les médias ont l'habitude d'employer eux-mêmes ce genre de comparaisons à son encontre ?

En revanche, les réactions contre Mélenchon ont été nombreuses. Les articles ont en effet plu dans la presse - et en particulier dans la presse en ligne - pour voler au secours de Villani, "attaqué" par Mélenchon (selon L'Opinion, le JDD et VSD). Étudions une réaction en particulier, dans le journal "Les Échos". L'article, signé par Daniel Fortin, s'intitule "Le Mathématicien et le populiste". Ça commence bien. Le voici :

http://pbs.twimg.com/media/DC0bORvVYAAW_0T.jpg

Article de Daniel Fortin pour Les Échos

Plutôt que de se lancer dans l'analyse sémantique d'un pavé de rage, nous nous contenterons d'en citer quelques mots :

"populisme", "nauséabond", "gauchiste", "Marine Le Pen", "Chavez", "1930", "funeste", "extrémiste"

Bref, une fine analyse digne d'un grand journal ! C'est quand même à se demander si le Parti Médiatique ne joue pas secrètement au bingo quand il écrit sur Mélenchon.

Commentaires

Comments powered by Disqus