Un journaliste de Libération veut qu'on « bouffe » la charte du Syndicat National des Journalistes et qu'on « s'étouffe » avec le code du travail

Visiblement, Cédric Mathiot n'a pas apprécié qu'on critique son article de la rubrique « Désintox » de Libération et s'est livré à un léger pétage de plomb.

Le 5 juin 2017, le journaliste a en effet publié un papier au titre non-excessif : "Hausse de la CSG : les calculs foireux de Mélenchon". Dans l'article, il s'en prend à cette première citation de Jean-Luc Mélenchon au sujet de la réforme des cotisations sociales et de la CSG prévue par Emmanuel Macron :

« Jusqu’à 1200 euros, revenus mensuels, ce qui est beaucoup, vous allez vous faire délester de 250 euros dans l’année. Par contre, dès que vous allez en dessus, c’est-à-dire en haut de l’échelle des salaires, la compensation, c’est-à-dire ce qui sera passé, ce que vous payiez autrefois en cotisations, et que vous allez retrouver en salaire, va être que les hauts salaires vont gagner plus, tandis que ce que les bas salaires vont gagner moins. »

Commençons déjà par dire que cet extrait est exact dans le sens où le gain de salaire net sera plus important pour les hauts salaires que pour bas salaires. Le journaliste estime cependant que « Mélenchon n’a visiblement pas tout compris » pour répéter plus loin la même chose. Vient alors la citation qui pose réellement problème :

« Regardez ce qui circule partout, allez lire Les Echos, c’est très bien expliqué : ceux qui gagnent le plus gagneront le plus. Les petites payes, les petites retraites, vont perdre 260 euros dans l’année »

Ici Mélenchon commet en effet une erreur : si les petites retraites au-dessus de 1200 euros vont bien être affectées à la baisse, les petits salaires eux connaitront un gain de salaire net dans l'immédiat (d'environ vingt euros par mois pour les plus bas). Cela permet-il d'accuser Mélenchon d"intox", c'est-à-dire de volonté de tromper ? Cela justifie-t-il la provocation du titre ? Et pourquoi ne pas mentionner que la réforme du code du travail prévue par Emmanuel Macron risque de pénaliser le bas salaires dans la négociation et donc d'aggraver les inégaités entre hauts et bas revenus ? Voilà des objections légitimes que l'on peut opposer à cet article.

Toujours est-il que Cédric Mathiot n'a pas supporté qu'on les lui fasse remarquer sur les réseaux sociaux ; et, aux manettes du compte Twitter "LibéDésintox", il s'est emporté et a révélé un caractère « méchant, brutal et agressif ». Voici ses tweets :

/images/libe-desintox/libe1.png
/images/libe-desintox/libe2.png

On résume :

« Vous pouvez bouffer votre feuille » « Et vous pouvez aussi vous étouffer après avec le code du travail [...] Ça me fera des vacances.» « Je préférerai (sic) que vous le mangiez avant [...] Histoire de maximiser les chances d'estouffade »

On appréciera donc la modération du journaliste face aux excès de Mélenchon. Tout cela donne un certaine saveur à un autre de ses tweets :

/images/libe-desintox/jlm.png

Commentaires

Comments powered by Disqus