Rachid Laïreche ne comprend pas la stratégie de la France Insoumise, mais a-t-il cherché à la comprendre ?

Dans un article du 22 mai 2017, en pleines élections législatives, Rachid Laïreche écrit pour Libération au sujet de la visite de Jean-Luc Mélenchon dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Il mérite d'être lu, car c'est encore une bel exemple de traitement rigoureux de ce journal autoproclamé "de gauche".

L'article commence par évoquer le discours de Mélenchon, qui y est désigné comme le "chef des insoumis"- formule tout à fait neutre et non ironique -, au côté de Paul Vannier, candidat de la France Insoumise dans cette circonscription. Évidemment, il ne s'agit pas de parler du fond du discours de Mélenchon. Le journaliste juge plus opportun d'informer sur la "foule" venue l'entendre et qui se lève "une grosse veine sur le front" et dont "[les] cris sortent de l'estomac". Mais Rachid Laïreche ne se contente pas de décrire la meute éructant devant les invectives du "leader".

Puis, le journaliste propose un aperçu de la situation politique dans cette circonscription. À ce titre, il cite plusieurs fois la candidate Myriam El Khomri dont le nom apparait à trois reprises dans l'article, et de sa concurrente Caroline De Haas qui est mentionée deux fois. En revanche, il ne cite aucun propos du candidat de la France Insoumise dont le nom apparait une unique fois, alors que son mouvement politique est le sujet principal de l'article. M. Laïreche aura préféré retenir quelques "punchlines" de Mélenchon et réduire Paul Vannier au rôle de celui "qui a le droit de poser avec [lui]".

Il est écrit que Caroline de Haas "aurait voulu avoir le tampon (ndla : l'investiture) de la France Insoumise", "en vain". Elle n'a pas du beaucoup essayer, puisqu'il suffisait de signer sa charte. Mais le journaliste oublie de le mentionner. De même, en expliquant qu'elle avait pensé à retirer sa candidature pour éviter la division, il oublie de lui demander pourquoi elle a finalement décidé de se maintenir. Il la cite : "Elle aurait aimé «un rassemblement plus large»", «Sans rassemblement, la droite passera.». On saisit bien que le journaliste nous intimait d'admettre que le rassemblement devait se faire derrière elle, même si on ne voit pas très bien d'où elle tire sa légitimité supérieure face au mouvement ayant réuni plus de 7 millions de voix à la présidentielle. Pourtant le journaliste écrit : "Comme beaucoup, elle ne comprend pas la stratégie de La France insoumise". Visiblement, Rachid Laïreche fait partie de ceux qui n'ont pas compris. Il n'a pas du beaucoup chercher, peut-être d'ailleurs parce qu'il a renoncé il y a longtemps. Et c'est dommage : on aurait attendu de lui qu'il nous explique. Il aurait pu, par exemple, poser la question à Paul Vannier.

Commentaires

Comments powered by Disqus