Mélenchon veut remplacer le PS, c'est raciste

Les auditeurs de FranceTV Info ont eu le droit hier (20 juin) a un grand moment de radio. On le doit à Georges-Marc Benamou, présenté comme « journaliste à France Info » sur le site du média, mais surtout « commis de Lagardère » et « scribe de Sarkozy » pour ACRIMED. Il nous a en effet fait part de sa brillante analyse de la rhétorique de Jean-Luc Mélenchon, qui avait affirmé vouloir « Remplacer le Parti Socialiste ».

Voici l'extrait en question - attention, ça part très loin :

L'animateur : « Remplacer le PS comme avait dit Jean-Luc Mélenchon - numériquement on voit que ça n'a pas été le cas - mais est-ce que dans les esprits c'est le cas selon-vous ? »

Georges-Marc Benamou : « Cette expression assez effrayante, d'ailleurs, est tirée d'un fantasme raciste enfin, on parle de grand remplacement (protestations exaspérées de Raquel Garrido) non mais y a quand même de la sémantique, c'est pas un mot par hasard [...], il veut tuer la parti socialiste, donc ça va être une lutte à mort »

Donc, vouloir remplacer un concurrent politique, pour reprendre l'avantage dans une gauche dévastée par lui et le quinquennat honteux dont il est comptable, c'est raciste. Bon, on ne va pas se mentir, c'est une interprétation plutôt exotique. Mais elle prend encore plus de saveur quand on connait le contexte de la citation originale, qui est la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans la quatrième circonscription de Marseille. FranceTV Info, comme beaucoup d'autres médias, l'avaient accusé de "parachutage" et de s'attaquer au parti socialiste - Patrick Mennucci (PS) étant considéré comme propriétaire de cette circonscription - plutôt qu'au Front National. Réponse de Mélenchon :

« Je ne veux pas affaiblir le PS, je veux le remplacer ! Nous allons tourner la page des gens qui nous ont trahis pendant cinq ans. Les circonscriptions n'appartiennent à personne si ce n'est aux électeurs »

Quand une militante socialiste à Marseille dit « Mélenchon, rentre chez toi. On est chez nous ! », il n'y aucun relent chauvin ou xénophobe. Quand les médias parlent de parachutage pour un député de la Nation, quand ils parlent de « fief », c'est parfaitement non démagogue et non xénophobe. Idem quand ils parlent comme le FN. Par contre, si Mélenchon ose se présenter dans une circonscription où il a le malheur de ne pas être né, pour y remplacer le PS, c'est « raciste ».

Rappelons quand même, pour conclure, que pour ceux-là, c'est le discours au Prado en 2012 « sur les vertus du métissage » du raciste Mélenchon « qui avait signé l'arrêt de sa progression ». Pensent-ils qu'il faille être xénophobe ? S'il doit à tout prix y avoir une race nuisible, en tout cas, c'est au moins celle des journalistes heureux qui sont nés quelque part.

/images/benamou/jlm.jpg

Jean-Luc Mélenchon, le 9 avril 2017 à Marseille, lors de son discours pour la Paix, devant 70 000 personnes. Photograĥie : Stéphane Burlot.

Commentaires

Comments powered by Disqus