La France Insoumise et les ennemis de la République

Il est déjà loin l’entre-deux-tours, et le soulèvement unanime des donneurs de leçon d’antifascisme, version moderne des résistants du 8 mai 1945. « La République, les choses étant ce qu’elles sont, c’est le vote anti-Le Pen. C’est donc le vote Macron », affirmait alors Laurent Joffrin [1]. Il faut croire que l’ennemi de la République, aujourd’hui, ce n’est plus l’extrême droite. Non, désormais, la « menace à prendre au sérieux », c’est « Mélenchon, Ruffin et les sans-cravate » (Challenges, 28 juin 2017) [2] . Mélenchon, après tout, est un « dictateur » (On n’est pas couché) [3], un « mirage dangereux » (L’Obs) [4]. Voilà ce qu’on peut lire le reste du temps, lorsque le Parti Médiatique tisse l’épouvantail Le Pen pour mieux pouvoir le brandir plus tard.

Comment faire d’un parti humaniste, universaliste et républicain une menace pour la nation ? Si l’exercice est ardu donc courageux, les méthodes sont malhonnêtes et pleutres. Ainsi, quitte à salir une cérémonie funéraire lourde d’émotion, Ariane Chemin veut voir dans ces rites « tous les codes pour maintenir un clan homogène et très radicalisé » [5]. Le Point aussi évoque une « radicalisation des électeurs de Jean-Luc Mélenchon ». Dans le contexte actuel, où le terme « radicalisation » renvoie immédiatement au terrorisme islamiste, l’expression est violente. En plein mouvement de contestation de la loi Travail, déjà, les éditocrates avaient opéré ce rapprochement douteux : « La France est aujourd’hui soumise à deux menaces [...] : Daech et la CGT », alertait Franz-Olivier Giesbert dans Le Point (1er juin 2016) [6]. Parallèlement, Nathalie Saint-Cricq nous mettait en garde contre la « radicalisation tous azimuts » de la CGT qui veut « veut tout faire sauter » [7].

Trop occupés à assimiler les mouvements sociaux ou la contestation légitime de la France Insoumise « nourrie par l’extrémisme et le radicalisme » (Le Figaro Magazine) au terrorisme, les médias n’ont presque pas parlé du renvoi en correctionnel de Claude Hermant, militant d’extrême droite et ex membre du service d’ordre du Front National, accusé d’avoir fourni à Amédy Coulibaly les armes qui lui ont servi à commettre l’attentat antisémite de l’« Hyper Cacher ». Les mêmes médias n’hésitent d’ailleurs pas à dérouler le tapis rouge au xénophobe Éric Zemmour, lui qui fit l’apologie des terroristes islamistes : « Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous. Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient – ce dont nous ne sommes plus capables » [8]. Les cas de mansuétude variable sont nombreux dans cette presse, prompte à associer les casseurs aux manifestants pacifiques mais discrète lorsque l’ex numéro deux du FN en Seine-Et-Marne est condamnée à de la prison pour avoir brûlé des voitures.

On peut y voir là un bon signe, celui que la France Insoumise est bel et bien devenue la première force d’opposition et s’attire ainsi logiquement les foudres d’une éditocratie complètement acquise au pouvoir. Reste que cela démontre encore une fois que notre démocratie est malade d’une presse qui peine à remplir sa fonction républicaine.

/images/radicalisation/plantu.jpg

Dessin de Plantu pour Le Monde.

[1] http://www.acrimed.org/Les-bacchanales-de-la-vertu-retour-sur-l-entre
[2] https://www.challenges.fr/politique/melenchon-ruffin-et-les-sans-cravates-une-menace-a-prendre-au-serieux_483514
[3] http://people.bfmtv.com/tv/onpc-pour-yann-moix-jean-luc-melenchon-est-un-dictateur-de-carton-pate-1154046.html
[4] http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170421.OBS8314/jean-luc-melenchon-un-mirage-dangereux.html
[5] https://lebonsens.media/2017/05/28/magazine-monde-vomit-melenchon/
[6] http://www.lexpress.fr/actualite/societe/daech-et-la-cgt-la-comparaison-scabreuse-de-franz-olivier-giesbert_1797974.html
[7] http://www.acrimed.org/Journaliste-de-France-2-ou-editorialiste-du
[8] http://www.20minutes.fr/societe/1997119-20170117-propos-zemmour-djihadistes-enquete-apologie-terrorisme-classee-suite

Commentaires

Comments powered by Disqus